en cours de psychothérapie …

mardi 2 février 2016 14

Bonjour tout le monde 

 

Il y a quelques mois , je vous annonçait que pour mes 30 ans , ce cap si important à franchir , je ne voulais pas une paire de louboutin , une fiesta gigantesque , ou un quelconque cadeau , mais je voulais ponctuer cet anniversaire comme le début du reste de ma nouvelle vie .

Pour se faire une étape était obligatoire : une psychothérapie ! 

 

 

Comme beaucoup de personnes j’ai eu une enfance parsemées de difficultés et d’embûches , avec des ruptures ponctuées avec mon père comme ma mère .
Avec des déménagements qui ont laissés beaucoup plus de traces que je ne le pensais .

Avec tout un tas de choses qui étaient tellement enfouies au plus profond de moi, que je les avaient presque oubliées 

Mais pas mon inconscient 

 

 

A 30 ans , et mamans de 2 merveilleuses poulettes , j’ai voulu panser ces blessures , les comprendre pour avancer .

J’ai voulu le faire pour moi égoïstement , mais pas seulement .

Grâce à un microkiné qui a changé nos vies à La Réunion, j’ai pris conscience que mes cicatrices impactaient sur mes filles , et ça c’est impossible pour moi à accepter.

Je REFUSE de leur transmettre ces angoisses , qu’elles ne seront même pas capable de rattacher à un évènement me concernant , juste ce ressenti qu’elles vivent à travers moi , il était donc important que je leur transmette au maximum des bonnes choses et non ces choses négatives .

 

Parfois j’ai l’impression que c’est gênant quand je parle de ma psychothérapie pour mes interlocuteurs , comme si c’était tabou !

 

Moi je suis plutôt fière d’avoir franchi ce cap , et je ne suis pas du tout honteuse de cette thérapie , je ne me sens pas folle pour autant .

J’essaie juste d’aller de l’avant , plus légère .

 

 

Capture d’écran 2016-01-01 à 11.23.57

 

 

Si je fais un petit bilan 3 mois plus tard :

 

J’ai raconté presque toute ma vie à ma psy , 

 

depuis un bon moi j’arrive à lui raconter mes aventures sans pleurer , et c’est un grand pas ! 

 

Je comprends mieux beaucoup de choses , et ça m’aide à interpréter des évènements ou comportements passés , 

bizarrement une fois que je comprends mieux ces évènements c’est comme si je me libérais d’eux .

Autant vous dire que depuis ces 3 mois j’ai commencé à poser des valises et je me sens de plus en plus légère.

 

 

 

J’ai compris que les évènements de la vie qui m’ont fait beaucoup déménager , 

m’ont fait beaucoup plus de mal que je ne le pensais.

J’ai toujours eu l’impression de bien le vivre , 

en fait avec le recul et son aide , je me suis aperçue que je les ai vécu comme des abandons .

Des abandons de lieux, de personnes de tout ce que je pouvais rattacher à cet endroit ! 

 

 

 

J’ai aussi compris qu’une grande partie de mon mal être était indépendant de moi ,

j’ai perdu un grand frère un an avant ma naissance , 

je le savais ça n’a jamais été un tabou ,  

ce grand frère je l’ai toujours considéré comme mon ange gardien , 

ce grand frère finalement je m’aperçois que tant que je ne connaitrais pas exactement ce qu’il s’est passé ,

je n’arriverais pas à boucler la boucle ,

des démarches sont en cours et ça me fait un bien fou ! 

 

 

 

Grâce à ma psy , j’ai aussi pris conscience que j’ai eu la chance d’avoir des personnes clés à certains moments de ma vie ,

des personnes qui ont su quoi faire et comment le faire .

Elle m’a aussi aidée à prendre conscience que j’ai été très courageuse ,

que ce que j’ai accompli pouvais me rendre fière de moi ,

qu’il était important que je prenne conscience de ça .

Je crois que jusqu’à maintenant je ne m’étais jamais penchée sur cet aspect là , 

en fait ça fait du bien ! 

 

 

 

Et puis il me reste une grosse partie du travail , 

mon père …

Comment faire le deuil d’un parent toujours vivant ?

Comment accepter qu’il ai fait des choix de vie dans lequel je n’ai pas ma place ni mes filles , alors que je suis sa seule fille et ses seules petites filles  ?

Comment accepter que sa fierté soit plus forte que tout le reste ?

Comment gérer cette ambivalence de sentiment de rancoeur , de haine , de colère , d’incompréhension et de manque ? 

Comment me dire que pour réussir à avancer il faut que j’assume de plus rien espérer de lui , et vivre avec l’idée que je n’irais plus non plus vers lui ?

Comment digérer qu’il n’ai jamais pris la peine de lire ce courrier que j’avais mis des semaines à écrire , en me le renvoyant ? 

Comment comprendre que la relation si unique que nous avions est réduite au néant ?

Comment a t-il pu changer au point que je ne le reconnaisse plus ?

 

Que des questions sans réponses que pour le moment …

J’avance mais ce dossier reste une de mes blessures les plus à vif .

 

 

 

Et puis il y a ce corps , 

ce corps qui à l’image de mon esprit était encombré , 

je ne le reconnaissait pas , et ne l’acceptait pas .

J’ai fait cette cure detox dont je vous ai parlé ici

depuis je me sens nettoyée , propre , 

J’ai dégonflé , minci , 

je me sens mieux dans mon corps et mieux dans mon esprit .

Et ça aussi c’est très important car mon moral à eu un vrai coup de boots depuis sans parler de mon énergie ! 

 

 

Il y a encore du boulot , 

mais j’ai avancé , je le sens , j’en suis fière .

 

Ce chemin vers le mieux est en cours et c’est aussi grâce à vos messages en commentaires sur mes articles , en messages privé ou par vos témoignages .

Merci à vous que je connais ou pas , de près ou de loin .

Merci à mes proches qui m’accompagnent au mieux dans mes démarche pour essayer de recoller les pièces manquantes .

 

aujourd’hui si je devant imager mon esprit ce serait ça : 

 

psychothérapie

Rendez-vous sur Hellocoton !14

Commentaires

commentaires

2 Comments
  • Rachel N
    février 2, 2016

    Bravo pour cette prise en main de toi-même. Je devrais en faire autant… J’ai d’ailleurs recommencer à prendre soin de moi. Un peu chaque jour.

    Je me sent incapable de suivre à nouveau une psychothérapie, car j’ai vu des psychologues durant de nombreuses années (10 ou 12 ans je ne sais plus…) dans ma jeunesse. J’avais mal vécu le décès accidentel de mon grand-père maternel de qui j’étais très proche, survenu au même moment que le divorce de mes parents. Aujourd’hui je préfère écrire. Je rêve d’écrire un bouquin mais je n’arrive pas a le commencer… Un jour peut-être…

    Bon courage 🙂 … Tu vas de l’avant et ça c’est génial ! (y)

    • Babeth
      février 2, 2016

      Merci rachel pour ton message , ça me touche beaucoup !
      J’imagine que notre parcours fait aussi ce qu’on devient , et l’appréhension de la psy avec ce passif est pas facile .
      Moi je n’y avais jamais été confronté avant cette psychothérapie , mais je te souhaite de trouver la personne qui saura panser tes blessure et te permettre d’aller assied l’avant <3

C'est par ici qu'on laisse un p'tit mot :

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.