1 an d’aventure lactée se termine …

1 an d’aventure lactée se termine …

Cette semaine ma Pôpiette a fêté son premier anniversaire.

Cette semaine a été riche en émotions.

Cette semaine j’ai accepté qu’elle ne souhaitait pas prolonger cette aventure .

Cette semaine j’ai eu du mal à l’encaisser mais j’ai accepté SON choix .

 

 

 

L’allaitement maternel et moi c’est une longue histoire …

 

Aussi longtemps que je me souvienne j’ai toujours voulu allaiter mes bébés , ça ne me semblait même pas une conviction mais une évidence … le modèle familial me diront certaines, je ne suis même pas sûre car c’était mitigé de ce côté là dans mon entourage ! 

 

Lorsque j’étais à l’école d’infirmière , quand on a commencé à nous parler de notre future mémoire , il était évident pour moi que le thème serait l’allaitement maternel .

Et pourtant j’ai du me justifier , car c’était vraiment pas logique ( dixit les cadres de l’école ) de faire un mémoire en rapport avec l’allaitement maternel en tant que future infirmière militaire !

 

Ce mémoire , ça a été mon premier bébé : J’ai passé un temps incalculable à lire des livres, des revues , à assister à des réunions de soutien à l’allaitement, j’ai profité de chaque minute de mon stage en maternité pour apprendre, écouter , comprendre ! 

J’ai vu je crois tous les films ou presque qui existent dans ce registre , j’ai lu de tout sur des forums, j’ai discuté avec des mamans, des futures mamans, des infirmières , des puéricultrices, des sages femmes, des auxiliaires de puériculture …

 

Après avoir digéré cette documentation j’ai livré « mon bébé » , il a été reçu avec au moins autant d’amour que ce qu’il avait été livré puisque j’ai eu juste des notes de malade : 18 à l’écrit, 20 à l’oral ! 

 

 

Lorsque je suis tombée enceinte de P’tite Poulette , il était juste évident que je l’allaiterais.

Après un accouchement chaotique dont je me suis sortie par je ne sais quel miracle !

Une hémoglobine à ras les pâquerettes , l’impossibilité de me lever , une douleur qui te faire dire que c’est maintenant que tu la veut la péri en fait !

Et des contrôles glycémiques non stop ( à cause du traitement que j’ai eu pendant la grossesse ) .

 

… Eh bien j’en ai fait qu’à ma tête ( comme d’habitude ) , je mentais au personnel ( pas bien 😉 ) en disant qu’elle venait de téter alors qu’elle dormait depuis plusieurs heures, je me faisait confiance et je lui faisait confiance .

 

Ces heures de travail, d’écoute , m’ont permis une fois le jour venu d’appliquer tous ces conseils que j’avais entendu , retranscrit dans mon mémoire . Et malgré ce chemin difficile pour me remettre de cet accouchement , une seule chose était simple : Allaiter ma P’tite Poulette .

Dans ces moments de douleur intense qui ont duré des mois , j’avais des pause tendresse et douceur grâce à elle et ces moments qui n’appartenaient qu’à nous.

 

En Plus ma P’tite Poulette , elle ne voulais pas de tétine et avait un gros besoin de succion , autant vous dire que le temps de plusieurs mois j’était « madame tétine » .

 

Elle était accrochée au nichon non stop , pour manger, pour câliner, pour s’endormir !

 

Mais toujours grâce à ces conseils que j’avais reçu lors de mes études , je m’en suis sortie sans 1 seule crevasse, sans 1 seul problème !

Biensur j’ai eu quelques engorgements mais sans conséquences , du lait à foison ( et oui les ptits nichon ça produit bien aussi !! ) 

 

Cette aventure avec Ptite Poulette a durée 9 mois , le temps de réussir à lui faire accepter un biberon de lait artificiel afin de pourvoir passer en mixte. 

Sauf que ma P’tite Poulette , avec elle c’est TOUT ou RIEN . 

A là seconde où elle a enfin accepté ce biberon , elle n’a plus jamais voulu du sein …..

La contrariété a été tellement intense , que pas eu de soucis de sevrage ! 

 

 

 

Lorsque je suis tomber enceinte de ma Pôpiette , il était encore bien évident pour moi de poursuivre cette aventure lactée ! 

Mais je voulais tirer des leçons de l’aventure de P’tite Poulette : je tirerais mon lait plus tôt pour l’habiter à boire aussi au biberon pour que l’étape de l’allaitement mixte le moment voulu ne soit pas si tranché ! 

 

A là naissance aucun problème, encore une petite puce qui têtait royalement bien malgré ces 37 SA tout juste et un accouchement sportif ( encore oui , mais pas le même registre ! ) 

Vers 2/3 mois elle a eu ses premiers biberon de lait maternel. Elle les a pris sans trop de soucis ( merci les biberons MAM ) .

 

Depuis je m’étais dit que je voulais aller plus loin que ces 9 mois , comme avec sa soeur , au moins jusqu’à un an .

 

Je sais très bien qu’il serais absolument pas raisonnable d’envisager une autre grossesse , les gynéco me l’interdise , Chéridoux en a trop peur , donc je dois faire avec …. Ce sera mon dernier allaitement ….

 

J’ai apprécié CHACUNE de ces tétées , d’autant qu’elles étaient plus rare car ma Pôpiette c’est une goulue , elle c’était pas de la tétée câlin, c’était pour son casse croûte , pour le reste elle a sa tétine ! 

 

Ma Pôpiette elle est tellement câline , tellement tactile , depuis sa naissance j’ai apprécié tous ces moments où  peine collée à moi elle enfournait son minois à la recherche du sein , où elle fermait les yeux de bonheur une fois trouvé  , où elle me caressait et appuyait comme pour que ça arrive plus vite

 

J’ai apprécié ce lien qui encore une fois n’appartenait à qu’à nous , ces moments inexplicables de complicité partagée.

 

J’ai été fière de me dire que c’était des chose que j’avais transmis à P’tite poulette quand je la voit mettre au sein ses poupées comme d’une manière évidente.

 

J’ai  rigolé à chaque fois que j’entendais P’tite Poulette m’appeler quand sa soeur avait faim avec des « MAMAN , Thaïs elle veut le nichon !  » 

 

Puis depuis un mois , je la sentais se désintéresser de ces moments là , parce que pour elle c’était des moments aussi surtout nutritifs. Et vu qu’elle se régale par d’autres moyens , elle n’en ressent plus le besoin …

 

Depuis que j’ai senti ça, je sentais la fin approcher, comme la fin de quelque chose pour lequel on est pas prêt et pourtant on sait qu’on ne pourra pas lutter …

 

Une fois passé son premier anniversaire, l’objectif que je m’étais fixée …. J’ai accepté de la laisser choisir que c’était le clap de fin .

 

Le coeur lourd , juste de vous l’écrire les larmes coulent ….

 

Mais au moins je n’aurais pas connu les sevrages difficiles , mes poulettes auront choisit elles même le moment où elles avaient envie d’arrêter . 

 

Ce 2e clap de fin est plus dur car c’est le dernier ! 

 

J’en retiendrais que du bonheur , et puis les câlins elle m’en fait encore pleins alors ça me console , et puis c’est le temps de digérer et j’y penserais bientôt le coeur léger sans avoir les larmes qui montent .

 

Voilà la fin de notre aventure lactée …

 

 

 

 

images

Rendez-vous sur Hellocoton !13

Commentaires

commentaires

Cet article a 7 commentaires

  1. J’ai les yeux pleins de larmes en te lisant. C’est vrai que c’est tellement fort ces moments passés allaiter nos bébés . Ma puce a 7 mois et je n ose pas imaginer arrêter maintenant même si parfois on me dit « ah mais tu allaites encore ».

    1. n’y penses pas Lee , profites !!!! Et puis ce qu’en penses les autres ….. hein voilà quoi !

    2. Oui, tu t’en fous de ce que pensent les autres…Profites à fond de ces moments de tendresse, de complicité <3

  2. Que de l’amour dans ce texte <3

  3. quel beau billet! J’ai allaité Cromignon 2 ans, il s’est sevré naturellement et n’a pas pris de biberon, c’était génial!

    1. Merci !! J’aurais aimé que ça dure plus longtemps mais pas elle ….

C'est par ici qu'on laisse un p'tit mot :

Fermer le menu
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.